Brèves

18 Mai
Sécurité alimentaire

A l'heure des scandales majeurs à répétition d'épidémie de salmonellose, la question des contrôles sanitaires des sites de production alimentaire devient prégnante pour le gouvernement.

C'est pourquoi dès le 1er janvier 2023, le ministère de l’Agriculture va prendre la tête des services de contrôle en matière de sécurité alimentaire, en récupérant les compétences des agents de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), rattachée à Bercy.

Tout d'abord opposé à ce transfert, le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire avait remis cette idée sur la table mi-avril en évoquant la création d’une police de la sécurité alimentaire, rassemblant les effectifs de Bercy et ceux du ministère de l’Agriculture. Ainsi 60 agents de la DGCCRF vont être transférés vers les services de la direction générale de l'Alimentation (DGAL).

16 Mai
Restauration hospitalière

Les 11 et 12 mai 2022, dans la ville rose, à l’Hôtel Dieu* de Toulouse, se sont déroulées les Assises de l’UDIHR, l'association des ingénieurs de restauration hospitalière. Cet événement tant attendu après l'annulation de 2021 comportait un programme riche entrecoupé d’échanges très soutenus et appréciés par tous.

A l’ordre du jour de la 1ère journée, l’ergonomie en restauration collective, problématiques et leviers de la qualité de vie au travail et les solutions.

Il y eut ensuite la présentation du projet « Repas à l’hôpital », une expérimentation menée dans 3 établissements hospitaliers (Paris, Douai, Paray-le-Monial) qui devrait être déployée prochainement sur toute la France.

Le lendemain, les organisateurs nous ont entraînés vers une découverte de l’alimentation dans l’espace avec des membres du MEDES (Institut de Médecine et de Physiologie Spatiales).

Cyrille Laporte, directeur de l’ISTHIA est aussi intervenu lors de ces Assises pour présenter cet institut supérieur de formation unique en France et lancer un appel aux ingénieurs de restauration pour créer un partenariat ISTHIA-UDIHR sur le long terme et, en particulier, accompagner les étudiants.

*inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco

25 Avr
Nations Unies

Préparez-vous à célébrer la Journée internationale de la santé des végétaux !

Les Nations Unies proclament le 12 mai Journée internationale de la santé des végétaux.
La bonne santé des végétaux constitue le socle de toute vie sur Terre ainsi que des fonctions écosystémiques, de la sécurité alimentaire et de la nutrition. Notre santé et celle de notre planète dépendent des plantes. Elles représentent 80 % de la nourriture que nous mangeons et 98 % de l'oxygène que nous respirons et sont pourtant menacées.
Approfondissez vos connaissances sur le sujet grâce à la sélection de publications de la FAO et préparez-vous à célébrer cette journée !

Toutes les informations et mises à jour sont disponibles sur le site Web dédié.

 

25 Avr
Les cantines de Lyon

La volonté politique forte ne semble pas être un ingrédient suffisant pour faire changer le régime des cantines scolaires. Pour preuve, le contrat de délégation de service public signé au début du mois entre Elior et la Ville de Lyon. 

Tout avait pourtant bien commencé pour les édiles lyonnaises. Les annonces se multipliaient, le maire Grégory Doucet programmait "créer une ville à hauteur d'enfants" en consacrant 230 millions d'euros à la rénovation thermique des écoles, à la végétalisation des cours de récréation et aux repas 100 % bio et 50 % locaux dans les cantines. Il annonçait une relocalisation de l'agriculture.

Mais l'histoire se compliqua avec l'annonce du déploiement d'un menu unique végétarien à partir de février 2021. De nombreuses voix se firent entendre localement et nationalement, jusqu'au ministre de l'Agriculture qui déclara dans un tweet : "Arrêtons de mettre de l'idéologie dans l'assiette de nos enfants !", saisissant le préfet du Rhône.

Après cette tempête médiatique, en avril 2022, force était de constater que la reprise en main ne pouvait se faire sans le soutien d'une société de restauration, avec des ajustements car trouver des fournisseurs pour la rentrée 2022 en accord avec le cahier des charges ne fut pas chose facile : seuls 10 % des agriculteurs du département du Rhône proposent des produits biologiques.

Résultat, sans tambour ni trompette, le contrat fut conclu avec Elior, d'une valeur de 43 millions d'euros, à l'échéance de l'été 2024, pour servir 129 cantines et près de 27.000 repas/jour. Et dans les assiettes, un menu local qui s'étire sur 200 km autour de la capitale des Gaules au lieu des 50 km initialement annoncés, avec 75 % de bio au lieu de 100 %. Retour à la réalité !

 

12 Avr
Décret du 4 avril 2022

La réservation des repas est-elle une solution pour lutter contre le gaspillage alimentaire dans les établissements de restauration collective ?

Un décret publié le 4 avril propose d'évaluer les effets de cette solution sur le gaspillage. Le décret fixe le cadre et les modalités de mise en œuvre de l'expérimentation pour les gestionnaires volontaires, publics ou privés.

Ceux qui souhaitent participer à cette expérimentation prévue à l'article 256 de la loi du 22 août 2021 doivent transmettre avant le 1er juillet 2023 au préfet de région, un dossier avec les éléments décrivant la structure de l'établissement et la solution de réservation mise en œuvre, ainsi que :

- le nombre d’usagers quotidien moyen et la catégorie de convives (scolaire, social, médico-social ou autres) ;

- le type de réservation ;

- le mode de réservation des repas et ses modalités de fonctionnement ;

- le mode de gestion (concédé, gestion directe) ;

- le mode de fonctionnement (cuisine satellite, sur place) ;

- le mode de liaison (liaison chaude ou froide) ;

- les actions menées ou prévues dans le cadre de la politique de lutte contre le gaspillage alimentaire et de l’amélioration de la qualité des repas servis ;

- la date de la mise en place du mode de réservation ;

- le mode d’information des usagers sur le lancement du projet.

Ce sera aux gestionnaires d'assurer le pilotage, le suivi et l'évaluation indispensable du projet, en coordination avec les agents des services de restauration collective auxquels ils sont rattachés. Cette évaluation s'appliquera au gaspillage alimentaire, au taux de fréquentation et à la satisfaction des usagers.

Dans la région Centre-Val de Loire, ils n'ont pas attendu le décret et ont déjà mis en place d’un système de réservation des repas dans les lycées. Découvrez le témoignage de François Bonneau, le président de la région, sur le sujet.

Le décret complet est à retrouver sur Légifrance.

Pour plus d’informations, vous pouvez également vous rendre sur la rubrique auto-diagnostic de "ma-cantine", cliquez sur "Ajoutez un diagnostic" puis sur la catégorie "Gaspillage alimentaire et dons alimentaires". Un guide pratique est disponible sur cet espace. Ce guide et un tutoriel sont également accessibles ici.