Brèves

19 Sept
Hôpitaux

Selon un article paru dans The Economist*, certains hôpitaux aux Etats-Unis commencent à servir de meilleurs aliments à leurs patients. Fini la "viande mystérieuse" ou le "fromage fondu très transformé", vivent les chefs qui s'approvisionnent localement et préparent des repas à partir d'aliments frais comme ces 32 hôpitaux Intermountain dans l'Utah. 

Le lien entre une alimentation saine et une bonne santé est clair : depuis mai dernier, une résolution votée par la Chambre des représentants exhorte les facultés de médecine à développer l'enseignement de la nutrition auprès des professionnels de la santé.

Même les assureurs réagissent. Alors qu'environ 2 Américains sur 5 sont obèses, que 14 % souffrent de diabète, que les maladies cardiovasculaires qui ont un lien direct avec l'alimentation représentent la plus grande cause de décès aux Etats-Unis, les assureurs commencent à regarder de près les dépenses imputables à une mauvaise alimentation et le coût que cela entraîne auprès des maladies chroniques.

Hélas, les médecins n'ont pas d'intérêt financier à conseiller une meilleure alimentation, une meilleure nutrition à moins d'être nutritionnistes !

*The Economist, September 10th 2022, The best medecine 

13 Sept
Cerisy

Pendant une semaine, un aréopage de chercheurs et d'experts étaient réunis à Cerisy (Manche), à l'occasion d'un de ces célèbres "Colloques de Cerisy" pour évoquer "Manger ensemble pour refaire le monde?", du mercredi 31 août au mardi 6 septembre.

Entre autres échanges, démonstrations et présentations, un débat a été organisé autour de la question "L'accès à l'alimentation : un sujet politique", un débat animé par Patrick Caron (Cirad, univ. Montpellier) avec Magali Ramel (univ. Tours), Malak Batal (Univ. Montréal) et Laurent Terrasson, directeur de la rédaction de L'autre cuisine.

Des échanges nourris ont abordé l'accès à la cantine, la végétalisation des menus, les approvisionnements locaux et la diversification alimentaire, l'inflation et le financement de ce secteur, le rôle de l'Etat et des collectivités pour maintenir un service public de qualité, la communication des édiles aux sujets de leur gestion des cantines...

13 Sept
Corse

En Corse, à l'université de Corte, tous les étudiants ont droit à deux repas gratuits par jour à partir de cette rentrée !

C'est la grande nouveauté de la rentrée et une première en France. En effet, sur les 26 Crous, c'est le seul à avoir cette possibilité grâce à un partenariat avec la Collectivité de Corse, déclare Jean-Félix Pasqualini, directeur de la vie étudiante au Centre régional des œuvres universitaires et scolaires de Corse. Pour ce projet, la CdC a octroyé un financement de 200 000 euros aux restaurants universitaires.

Sur présentation d'un justificatif, tous les étudiants, boursiers et non-boursiers, pourront bénéficier d'un déjeuner et d'un dîner entrée-plat-dessert gratuits dans les restaurants universitaires. Le principal objectif de cette mesure, c'est de "lutter contre la précarité étudiante. Il est inconcevable que l'on ait des jeunes qui ne fassent qu'un repas par jour comme on l'entend trop souvent dans les médias", ajoute Jean-Félix Pasqualini.

Le Crous s'attend ainsi à servir 80 000 repas gratuits entre septembre 2022 et juillet 2023.

Source : AFP

09 Sept
Compass

Compass Group, un des leaders de la restauration collective sous contrat, a récemment annoncé la nomination de Camille Berthaud au poste de Président Directeur Général de Compass Group France.

Formé aussi bien à l'Ecole hôtelière de Lausanne qu'à l'ESCP Business School, Camille Berthaud fait partie du groupe depuis 2008 et a occupé de nombreux postes de direction. Il prend la place de Gaétan de L'Hermite qui présidait le groupe depuis 7 ans. Il intègre désormais le Comité Exécutif de celui-ci et devient Président de la région Asie-Pacifique qui rassemble 11 pays.

« C’est avec un très grand enthousiasme que je prends la fonction de Président-Directeur Général pour Compass Group en France : après 14 années passées au sein de notre organisation, j’ai acquis la conviction que nous disposons de la robustesse, de l’expertise, et de l’esprit de challenge dont notre organisation a besoin pour continuer à développer nos activités, satisfaire toujours plus nos clients, et relever l’immense défi qui se pose aux restaurateurs dans une période de transformation aussi importante », déclare-t-il.

 

 

09 Sept
ADEME

C'est une des questions explorées par l'Ademe dans le rapport final de son étude sur les freins et leviers à la mise en oeuvre d'une restauration plus durable au sein des cantines scolaires.

Dans cette deuxième étape appelée "Les cantines s'engagent", 15 établissements de restauration scolaire ont été accompagnés dans la mise en oeuvre de leur démarche de restauration collective durable, entre 2020 et 2022. L'objectif était de réaliser avec eux leur diagnostic initial, d'établir leur plan d'action et d'assurer sa mise en oeuvre pour aller vers une conformité avec EGAlim en 2022. Accompagnés ainsi, seuls 3 sont parvenus à atteindre les objectifs en initiant leur projet en 2020, ce qui peut donner une idée du degré d'avancement des établissements scolaires à l'échelle du territoire français.

Ce suivi des établissements en question a permis d'identifier concrètement les freins et leviers pour aller vers une restauration plus durable, les difficultés rencontrées et les solutions mises en place pour y faire face. L'étude conclut ainsi avec une série de recommandations destinées aussi bien aux collectivités territoriales qu'à l'Etat.

Retrouvez l'étude sur le site de l'Ademe.